© 2014 by Geiq Vert. 

 

 

 

L’aménagement paysager

 

L’aménagement concerne la création d’un espace vert. Les techniques employées s’apparentent à celles des métiers des travaux publics.

 

  • Une création s’effectue généralement à partir du travail d’un architecte paysagiste ou d’un bureau d’étude. Un des pré-requis est d’être en capacité de lire un plan et de retranscrire ces informations sur le terrain. Des connaissances élémentaires en topographie sont nécéssaires

 

  • Des modelés de terrains ou des fouilles étant nécessaires, la conduite d’engins spécifiques sera un plus appréciable : mini pelles, chargeurs, tracteurs et outils agraires animés, tractés ou portés ... sans oublier l’usage quotidien du râteau et de la pelle.

 

 

  • Face au recours de l’irrigation automatique, des connaissances en hydraulique et en électricité deviennent indispensables.

 

  • Des connaissances en maçonnerie paysagère sont souvent requises. En plus des travaux de semis de gazons, tout type de plantations nécessite la maîtrise non seulement d’une excellente connaissance des végétaux mais aussi des techniques de plantation, de tuteurage, de drainage, la fertilisation et les traitements phytosanitaires.

 

  • Les effectifs des équipes de création sur un site sont généralement plus importants qu’en entretien et les entreprises qui réalisent ces chantiers sont fréquemment spécialisées dans ce domaine.

 

 

L'entretien de parcs et jardins

L’entretien de parcs et jardins s’apparente le plus au terme de "jardinier". Il s’agit d’accompagner dans sa croissance et son développement un aménagement existant.

 

  • Il s’agit d’entretenir le végétal (gazons, plantations, massifs,...) et le minéral (cheminements, murets, bassins...) ainsi que les systèmes annexes (irrigation, luminaires, ...).

 

  • Outre le nettoyage, omniprésent, ce travail s’effectue au rythme des saisons, marqué par la tonte, la taille des haies, le binage des massifs, l’élagage des arbres, le ramassage des feuilles pour ne citer que les principales tâches.

 

  • Ce travail est rarement sédentaire et s’effectue en petite équipe à bord d’un utilitaire léger tractant une remorque. De fait, l’obtention des permis BE s’avère indispensable.

 

  • Le matériel se compose d’une tondeuse autoportée à ramassage et entraînement hydrostatique, d’une tondeuse autotractée de finition, de tailles haies manuels ou motorisés, de tronçonneuses, broyeurs, souffleurs et autres débrousailleuses, sans compter tout le petit matériel manuel.

 

  • Les entreprises concernées sont soit de très petites structures opérant pour une clientèle privée, soit des entreprises plus importantes intervenant pour une clientèle composée de syndic, de sociétés ou d’établissements publics.

Elagage

 

 

Cette activité spécifique consiste à entretenir, tailler, nettoyer ou démonter des arbres.

 

  • Cette activité requiert une formation de base en biologie végétale et une excellente connaissance des ravageurs, champignons xylophages et autres maladies.

  

  • Une excellente condition physique est indispensable (ne pas avoir le vertige, par exemple sur un arbre glissant présentant un léger balancement) associée à une très bonne technique individuelle de déplacement et de travail dans l’arbre.

  

  • Outre une parfaite maitrise technique de la tronçonneuse, une connaissance de l’entretien mécanique (réglage, nettoyage, affûtage)est indispensable.

 

  • L’accent est tout particulièrement mis sur les règles de sécurité et le port des Équipements de Protection Individuelle (EPI).

 

  •  Le grimpé se fait sur cordages ou bien à l’aide de nacelles automotrices.

 

  • C’est un travail d’équipe : le grimpeur élagueur est fréquemment assisté d’un ou de plusieurs hommes de pied, chargés d’assurer la sécurité du chantier (balisage, réglage de la circulation,...), de l’évacuation et du broyage des végétaux, et de l’assistance sur les manœuvres de cordes (descentes de billots, ...).

Le métier d'ouvrier du paysage